Au terme de la campagne cacaoyère 2018/2019 achevée le 15 juillet, le Cameroun a vu ses exportations grimper de 25 %. Des chiffres poussés également par une activité croissante de transformation que le quatrième producteur mondial de cacao veut encore renforcer.
À l’occasion du lancement de la campagne cacaoyère 2019/2020 dans la localité de Sangmelima, à plus de 100 km au sud de Yaoundé, l’Office national du cacao et du café a dressé un bilan très positif de la campagne achevée, qui a contribué à 11 % des exportations du pays en 2018. En hausse de 4,2 % par rapport à la saison précédente, la production commercialisée de cacao s’est établie à 264 253 tonnes.

Cette hausse profite avant tout du bond de 25,6 % des exportations, à 214 825 tonnes, après un recul de 13,3 % lors de la campagne 2017/2018. Ce recul était dû à la crise sécuritaire qui affecte depuis trois ans les régions anglophones du Sud-Ouest – longtemps considérées comme le premier bassin de production du pays – et du Nord-Ouest. Les ports d’Amsterdam et de Jakarta ont réceptionné 74,41 % des fèves camerounaises
Le niveau de production commercialisée en hausse a, de fait, impliqué une baisse des stocks en fin de saison. Ceux-ci se situent à présent à 18 035 tonnes, alors qu’ils avaient atteint le niveau historique de 27 159 tonnes à la fin de la précédente campagne.
Grande priorité économique du pays, car génératrice de devises, l’activité de transformation du cacao a été stimulée par des mesures fiscales en 2017, ayant entraîné de gros investissements de la part des entreprises. Après avoir bondi de plus de 61 % au cours de la campagne 2017/2018, la quantité de cacao transformée a augmenté de 9,6 % lors de la dernière campagne pour s’établir à 58 522 tonnes. Une évolution notamment portée par l’augmentation des capacités des chocolatiers Barry Callebaut, Ferrero et Tiger Brands, à travers leur filiales locales.
Le niveau de transformation est appelé à s’accroître durant la campagne à venir, avec l’entrée en activité, en avril dernier de Neo Industry, qui entend traiter annuellement 26 000 tonnes. De même, la nouvelle unité du groupe Atlantic Cocoa Corporation prévoit un traitement annuel de 48 000 tonnes.
Source : JA

0 réponses

Laisser un commentaire

Participez-vous à la discussion?
N'hésitez pas à contribuer!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.