« Je ne comprends pas pourquoi les trois autres candidats, pourtant présents dans le quartier, n’ont pas pris part au vote ».
Cette déclaration est faite à la presse par le sous-préfet d’édéa 1er, administrateur civil.
Quand un metteur en scène ne comprend plus le déroulement de son propre scénario, c’est qu’il y’a problème.

Et le problème ici c’est que, des quatre candidats dûment enregistrés et validés pour la désignation du chef de quartier, un seul, Soule Mohaman a répondu present à l’appel.
Les trois autres, Zakari Mohamadou chef sortant, Abdou Rahman et Labarang Mahamadou, qui étaient pourtant en désaccord sur tout depuis le début de ce processus, ont décidé à l’unanimité et de commun accord de boycotter cette cérémonie, pour ne pas cautionner ce qu’ils ont appelé  » une magouille électorale « .

Réunis au domicile du chef sortant et entourés de leurs notables, ces constataires qui déclarent n’avoir jamais été informés de l’arrivée du Sous-préfet dans leur quartier ont dit vouloir rester dans la légalité en introduisant des requêtes et recours contre ce qu’ils ont considéré comme une violation des dispositions de la loi de 77 par l’autorité administrative.

Pourquoi l’autorité administrative a préféré opérer un passage en force au lieu de prioriser l’approche conciliante, surtout que nous sommes à l’heure du dialogue? Nous aussi, nous ne comprenons pas…

Une chose est sûre, le somptueux buffet offert a la délégation du Sous-préfet par l’unique candidat désigné est un signe que les jeux étaient faits d’avance…

Affaire à suivre.

 

Sources: Ailleurs

0 réponses

Laisser un commentaire

Participez-vous à la discussion?
N'hésitez pas à contribuer!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.