Le milieu naturel de la Sanaga Maritime

[av_section min_height= » min_height_px=’500px’ padding=’default’ shadow=’no-border-styling’ bottom_border=’no-border-styling’ bottom_border_diagonal_color=’#333333′ bottom_border_diagonal_direction= » bottom_border_style= » custom_arrow_bg= » id= » color=’main_color’ custom_bg= » src=’https://www.sanaga-maritime-info.com/wp-content/uploads/2018/04/GROUPE-ALUCAM.png’ attachment=’1441′ attachment_size=’full’ attach=’fixed’ position=’center center’ repeat=’stretch’ video= » video_ratio=’16:9′ overlay_enable=’aviaTBoverlay_enable’ overlay_opacity=’0.5′ overlay_color=’#000000′ overlay_pattern= » overlay_custom_pattern= » av_element_hidden_in_editor=’0′ custom_class= »]
[av_one_full first min_height= » vertical_alignment=’av-align-top’ space= » margin=’0px’ margin_sync=’true’ padding=’40px’ padding_sync=’true’ border= » border_color= » radius=’0px’ radius_sync=’true’ background_color=’#ffffff’ src= » attachment= » attachment_size= » background_position=’top left’ background_repeat=’no-repeat’ animation=’bottom-to-top’ mobile_breaking= » mobile_display= » custom_class= »]

[av_heading heading=’Le milieu naturel de la Sanaga Maritime.’ tag=’h1′ style= » size=’70’ subheading_active= » subheading_size=’15’ padding=’30’ color= » custom_font= » av-medium-font-size-title= » av-small-font-size-title= » av-mini-font-size-title= » av-medium-font-size= » av-small-font-size= » av-mini-font-size= » custom_class= » admin_preview_bg= »][/av_heading]

[av_textblock size= » font_color= » color=’#ffffff’ av-medium-font-size= » av-small-font-size= » av-mini-font-size= » custom_class= » admin_preview_bg= »]
La Sanaga Maritime est située dans la façade littorale du Cameroun, à la lisière de l’océan atlantique. Les conditions bioclimatiques,  topographiques, la position géographique ainsi que les spécificités de son climat font de la Sanaga Maritime un milieu naturel de prédilection pour le développement d’une faune et d’une flore riches en biodiversité végétale et animale.

Les écosystèmes du département de la Sanaga Maritime sont à haute valeur de conservation. Le département est situé sur le cours inférieur du fleuve Sanaga encore appelé Djerem dans son cours supérieur.

La Sanaga est le plus long fleuve du Cameroun avec 920 km et prend sa source dans l’Adamaoua, une province du nord du pays qui est une zone montagneuse marquant la frontière entre la région forestier du sud et les savanes du nord, à 10 km environ au nord de la ville de Meiganga.

Le milieu naturel de la Sanaga Maritime 1

Trois sections principales  se distinguent dans le fleuve en l’occurrence la haute Sanaga appelée Djerem dans l’Adamaoua, la moyenne Sanaga représentée par le fleuve Mbam qui prend sa source depuis les hautes terres de l’ouest et rejoint la Sanaga à quelques 80 Km plus bas et la basse Sanaga qui est la partie basse du fleuve après le barrage hydroélectrique d’Edéa jusqu’à l’océan Atlantique. C’est cette partie du fleuve qui arrose le département de la Sanaga Maritime. Plusieurs autres petits affluents de la Sanaga existent. Le fleuve est riche en chutes et en rapides. Son lit est en majorité rocailleux avec de grand dépôts de sables.

Les débits moyens mensuels de la Sanaga (en m3/s) mesurés à la station hydrométrique d’Édéa sur 38 ans entre 1943 et 1980 présentent les valeurs consignées dans le tableau ci-bas.

Par deux bras principaux, le fleuve se jette dans l’océan Atlantique à l’embouchure du fleuve Wouri, où les explorateurs ont mis pieds pour la première fois sur cette terre et trouvèrent à cet endroit de nombreux crabes raison pour laquelle ils donnèrent le nom rivière des crevettes à ce fleuve (rio dos camaroes), que porte actuellement notre pays, le Cameroun. En face de cette embouchure se trouve l’île de Bioko sur une surface de 2017 km², à 32 km des côtes du Cameroun et qui est un territoire de la République voisine de la Guinée équatoriale.

Le département est situé à basse altitude et de cet fait très proche de la nappe phréatique.  La forêt qui occupe une large partie dans cet espace est fluviale et riche en espèces végétales et animales.

Dans les communes du nord et du sud du département (Nyanon, Ndom et Ngambè, Massock-Songoloulou, Pouma et Ngwei) le relief de plateaux et des séries de chaines de montagnes font de cette région un environnement idéal pour les espèces végétales endémiques rares et diversifiées. La végétation verte et verdoyante de cette région est favorisée par les températures très douces et constantes dans l’année. Les moyennes de températures relevées dans cette région oscillent autour de 24°C. La végétation de ces communes offre un habitat idoine aux espèces animales et végétales, nombreuses dans cette région du pays.

Les zones côtières quant à elles sont couvertes de mangroves (Dizangue, Mouanko, Dibamba Edéa Ier et Edéa IIème). Les nombreuses cours d’eau de cette partie du département offrent un espace souhaité et des endroits de nidification et des frayères aux espèces animales.

C’est pour conserver ce milieu naturel que de nombreux parcs, réserves et forêts communautaires  protégés ont été créés dans cette région.

  • Le parc national d’Ebo, créé en 2006 dans la commune de Ngambé avec une superficie de 17 200 ha.
  • La forêt communale de Yingui dans la commune de Ngambè créée en 2009 avec une superficie de 22 323 ha.
  • La forêt communale de Ndom/Ngambè/Nyanon, créée en 2009 avec une superficie de 23 377 ha dans les trois communes.
  • La forêt communautaire de Dikous dans la commune de Ngambè.
  • La réserve de faune de Douala-Edéa créée en 1932 et couvrant une superficie de 157 902 ha dans les communes d’Edéa Ier, Mouanko et Dizanguè.
  • La forêt communautaire de Nkobayeba créée en 2000 couvrant un espace dans les deux communes de Massock Songloulou et de Ngambè.
  • La forêt communale de Massock Songloulou créée en 2009 sur une supercifie de 23 667 ha
  • La forêt de protection du Lac Njambo dans la commune d’Edéa Ier d’une superficie de 2 926 ha, créée en 2001.
  • La réserve de faune du Lac Ossa créée en 1968 dans la commune de Dizangue sur une surface de 4 539 ha.
  • Les forêts communautaires GICAM et GECO créées en 2003 dans la commune de Massock Songloulou.

Ces aires naturelles splendides, déclarées protégées demandent tout simplement pour certaines d’entre elles d’être valorisées pour constituer un milieu propice pour la pratique de l’écotourisme.

Zachée D. Mbahal
[/av_textblock]

[/av_one_full]
[/av_section]

[av_submenu which_menu= » menu=’27’ position=’center’ color=’alternate_color’ sticky=’aviaTBsticky’ mobile=’disabled’]
[av_submenu_item title=’Élément de menu 1′ link= » linktarget=’no’ button_style= »]
[av_submenu_item title=’Élément de menu 2′ link= » linktarget=’no’ button_style= »]
[/av_submenu]

A lire également

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.