Le Secrétaire général du comité central du Rdpc, Jean Nkuété, a effectué une visite de travail le 4 avril dernier à Edéa. Une foule de militants n’a ménagé aucun effort pour assister à ce gigantesque meeting dont l’un des points à l’ordre du jour était la réconciliation d’Alphonse Joseph Bibehe et son jeune frère Jean Ernest Ngalle Bibehe.
Sur hautes instructions du Président national du Rassemblement démocratique du peuple camerounais (Rdpc), Jean Nkuété est allé à la rencontre des militants et sympathisants du parti de la flamme de la ville lumière le 4 avril 2019 à la Maison du parti ; pavoisée à l’occasion aux couleurs dudit parti et aux effigies de son président national Paul Biya.
Cette descente sur le terrain s’inscrit dans le cadre de la mobilisation permanente des militants et vise particulièrement des localités sensibles où le Parti, tel un roseau, a plié mais n’a pas rompu lors de la récente élection présidentielle. Il est donc question de procéder à l’analyse des résultats pas très satisfaisants et de prendre les mesures qui s’imposent afin de mieux préparer les prochaines échéances électorales qui s’annoncent.
Hommage
Dans une Maison du parti archi-comble, Jean Nkuété a rendu hommage à l’élite qui a contribué au rayonnement du Rdpc dans le département de la Sanaga-Maritime mais qui n’est plus de ce monde : Antoine Logmo, Georges Ngango, Philippe Mataga, Thomas Melone, Stanislas Melone, Luc Loé, Joseph Mboui, Emmanuel Minoué, Louis Bapes-Bapes etc… Il a encouragé l’élite actuelle qui booste et redore davantage le blason du parti : Louis Yinda, Alphonse Joseph Bibehe, Jean Perrial Nyodog, Jean Ernest Ngalle Bibehe …
Crise entre l’élite
Les résultats de la dernière élection présidentielle étaient quelque peu mitigés dans la ville d’Edéa en particulier et dans le département de la Sanaga-Maritime en général. Le Rdpc n’a pas eu une majorité absolue mais plutôt une majorité relative dans un contexte de crise permanente entre Ngalle Bibehe et le président de la délégation permanente Louis Yinda d’une part et Alphonse Joseph Bibehe d’autre part.
Pour le dire autrement, Ngalle Bibehe et les autres membres de la délégation permanente départementale (en l’occurrence Louis Yinda et Alphonse Joseph Bibehe) se détestaient cordialement et s’épiaient systématiquement … comme dans une guerre de vautours ; même si on les voyait ensemble derrière l’estrade de la Maison du parti à l’occasion des meetings politiques. Ngalle Bibehe, bien que membre de ladite délégation permanente, n’assistait jamais aux réunions à Edéa. Il était plutôt très actif au niveau de la délégation permanente régionale à Douala.
C’est donc dans cette configuration amphibologique et polyphonique, avec plusieurs états-majors de campagne, l’un à l’hostellerie et l’autre à Batombe, qu’avait été lancée le 22 septembre 2018 à la Maison du parti d’Edéa, la campagne électorale en prélude à l’élection présidentielle du 7 octobre de la même année. La rondelette somme de 100.000.000 F. CFA pour soutenir ladite campagne avait été récoltée. Seulement, à l’issue des élections la moisson escomptée s’est avérée maigre. Les fruits n’ont pas tenu la promesse des fleurs. Du coup, selon nos informations, le président national du Rdpc, pense que la Sanaga-Maritime peut faire mieux si la crise entre l’élite en général est jugulée et si les frères Bibehe acceptent de boire jusqu’à la lie dans le même calice ; le calice de la paix et de la réconciliation. La haute hiérarchie du parti, à en croire nos sources, est convaincue de ce que leur entente est salutaire pour le parti. En revanche leur mésentente est suicidaire pour le département.
Replâtrage
C’est dans ce contexte, que Jean Nkuété est mandé par sa hiérarchie à Edéa, une ville pleine de mémoire pour le Président de la République. Edéa est en effet la ville du prêtre Simon Mpeke (Baba Simon, premier responsable de Jésus Caritas en Afrique) mais surtout la ville où, en compagnie de François Eyike et de Georges Ngango, il reçut ses premiers enseignements au pré-séminaire St Tharcisius.
Il incombe donc au Secrétaire-général du comité central du Rdpc, de raviver la flamme du parti dans cette localité fortement politisée. Et pour ce faire, il faut corriger les erreurs du passé en procédant à un replâtrage tous azimuts. De Mouanko à Ndom, en passant par Dizangué, Dibamba, Edéa, Ngwei, Pouma, Massock, Ngambé et Nyanon ; Jean Nkuété souhaite que tous les militantes et militants du Rdpc raffermissent leurs liens de fraternité et affermissent davantage leur militantisme.
Stéphane Ngwanza, Directeur adjoint de l’Institut des relations internationales du Cameroun (Iric) et chargé de mission au comité central du Rdpc pour la Région du littoral aura été actif (avec la Présidente de la Section Rdpc Edéa Centre Marinette Yetna) dans la réussite dudit meeting. Ainsi, les frères Bibehe ont-ils accepté d’enterrer la hache de guerre et de fumer le calumet de la paix. Ils se sont embrassés ce jour, devant Jean Nkuété et devant des milliers de militants. Ces derniers ont réagi par une salve d’applaudissements et des youyous de joie. Une joie qui charrie à la fois leur satisfaction de voir ce conflit fraternel s’estomper et leur bonheur de vivre l’harmonie du parti.
Gratitude
Joint au téléphone, Mpepee Alphonse Joseph Bibehe précise que : « Jean Ernest est mon jeune frère. On se parlait déjà bien avant le meeting. Le Secrétaire général a juste donné une coloration politique à cette concorde ». Et pour ceux qui pensent qu’il ne s’agit que d’une paix factice, le capitaine d’industrie énonce que : « Etre frères n’implique pas de facto que l’on n’ait la même vision politique et c’est tant mieux. Le plus important c’est d’être d’accord sur l’essentiel »
Marinette Yetna dit être en extase après cette réconciliation : « C’est un ouf de soulagement parce que ce conflit commençait à trop peser sur nous, mais surtout sur moi le chef politique de la localité. C’était très pénible de voir mes principales élites dans la discorde. Maintenant l’heure est au travail collectif pour le bien-être du parti. Mon souhait est que les réels problèmes de la base soient pris en compte ».
Dr Stephane Ngwanza pense quant à lui que : « Il n’y avait pas un conflit en tant que tel entre les frères Bibehe mais plutôt un antagonisme politique, particulièrement entretenu par des personnes malveillantes. Après la nomination du cadet comme Ministre de la République l’aîné avait organisé une réception en son honneur au Mont Febe. Cela veut dire qu’il n’y avait aucun problème entre eux ». Et pour continuer : « C’est donc une occasion offerte au département de partir sur de nouvelles bases ».
Certaines personnalités politiques du département de la Sanaga-Maritime interrogées dans le cadre de cet article croient dur comme fer que l’acte de Jean Nkuété ce jour-là, semble traduire la gratitude de la plus haute hiérarchie du parti à l’égard des frères Bibehe dont le soutien sans failles aux idéaux du Renouveau n’est plus à prouver. Autrement dit, il s’agit de la consécration politique de deux dignes fils Adiè à qui incombe désormais la responsabilité politique de tout le département de la Sanaga-Maritime.
Jean Ernest Ngalle Bibehe est le tout premier Ministre Adiè, les autochtones de la ville d’Edéa. L’anecdote raconte d’ailleurs à ce sujet qu’avant sa nomination comme membre du Gouvernement, la frustration des Adiè était réelle car ce poste avait toujours été l’apanage des autres communautés sociologiques du département telles que Bassa et autres: Zachee Mongo Soo, Philippe Mataga, Georges Ngango, Jacques Booh Booh, Makon Wehiong, Joseph-Marie Bipoun Woum, Joseph Mboui, Louis Bapes Bapes…mais jamais un Adiè de souche. C’est certainement pour cette raison qu’ils se sentent très soulagés après cet apaisement et disent sous cape que leur heure de gloire a sonné !
C’est donc un nouveau départ en Sanaga-Maritime où toutes les filles et fils semblent avoir déclaré sur l’honneur de désormais calmer la chicane et de s’aligner derrière l’élite afin d’espérer à des lendemains meilleurs. C’est surtout une lourde responsabilité pour les frères Bibehe qui devront irriguer dans tout le département une politique consensuelle au travers d’un discours novateur et salvateur ; lequel devra rencontrer l’adhésion de tous.
Source : camer.be

0 réponses

Laisser un commentaire

Participez-vous à la discussion?
N'hésitez pas à contribuer!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.